CHOISIR SON CHAUFFAGE

 Avec la Réglementation thermique 2012, la donne a changé en matière de chauffage. « En effet, la RT 2012 impose une très bonne isolation du bâti. Ainsi, les besoins de chauffage doivent être limités. »

Pour rappel, notons que la RT2012, exige de ne pas dépasser 50 kw/h/m²/ an pour le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, la ventilation et l’éclairage, cela modulé en fonction du lieu géographique, de l’altitude du bâti.

De plus, pour des maisons individuelles ou groupées, l’obligation est faite d’utiliser au moins une énergie renouvelable. Cette impératif peut ne pas concerner le chauffage. Ainsi, il est possible d’utiliser une pompe à chaleur, un système solaire, un chauffage au bois, un raccord à un réseau de chaleur alimenté à plus de 50 % en énergie renouvelable, chaudière à micro génération. Cette dernière produit de la chaleur et de l’électricité.

S’INTERROGER

Faire installer, remplacer ou moderniser son système de chauffage impose de réfléchir à l’ensemble de la performance énergétique du bâtiment. Ainsi, le choix de l’équipement se fait selon cinq critères : Quel est le budget alloué au chauffage ? Quel est le budget disponible pour les travaux, compte tenu des économies escomptées sur le chauffage ? Quels sont les besoins en matière de chauffage (surface du logement, nombre d’occupants, orientation du bâtiment, …) ? S’agit-il d’un chauffage principal ou d’un chauffage d’appoint ? Quelles énergies peuvent être disponibles dans le bâtiment (y compris les énergies renouvelables) ?

LES MODES DE CHAUFFAGE PERFORMANTS LES PLUS COURANTS

D’ores et déjà, avec la RT2012, le chauffage électrique direct n’est plus possible à installer sur l’ensemble des projets ( logements ou locaux tertiaires).

Ainsi, le tiercé gagnant est :

  • le gaz avec la chaudière à condensation. Le gaz est sans contexte, l’énergie la plus simple à utiliser pour celui qui n’est pas technique, explique Bruno Vuillemin »
  • le bois avec le poêle ou la chaudière à granulés
  • la géothermie ou l’aérothermie avec la pompe à chaleur

LE GAZ AVEC LA CHAUDIÈRE À CONDENSATION

La chaudière à condensation est une chaudière dont la particularité est de tirer profit de la chaleur latente de la vapeur d’eau contenue dans les gaz d’échappement, en condensant ces va peurs avant de rejeter l’eau sous forme liquide. Ainsi le rendement (rapport de l’énergie fournie au circuit d’eau chaude par la chaudière sur la chaleur émise lors de la combustion) de cette chaudière atteint jusqu’à 109 % PCI ( pouvoir calorifique inférieur : c’est à dire la « quantité de chaleur dégagée par la combustion complète d’une unité de combustible).

LE BOIS AVEC LA CHAUDIÈRE À GRANULÉS

La chaudière à granulés fonctionne comme un chauffage central. Elle est installée dans une pièce de type chaufferie, avec un silo contenant les granulés. Les granulés sont amenés jusqu’au foyer par une vis sans fin. Ils y sont brûlés, produisant de la chaleur. La chaleur est transmise au liquide caloporteur (eau le plus souvent). Le liquide est acheminé dans les chauffages de la maison. Ce système peut aussi être utilisé pour chauffer l’eau sanitaire, grâce à l’ajout d’un ballon-tampon. La chaudière à granulés est le chauffage bois le plus performant puisque son rendement est généralement compris entre 80 et 90 %.

LA GÉOTHERMIE ET AÉROTHERMIE AVEC LA POMPE À CHALEUR (PAC)

Une pompe à chaleur (PAC) est un dispositif thermodynamique permettant de transférer une quantité de chaleur d’un milieu considéré comme « émetteur » (milieu fournisseur) vers un milieu « récepteur » de calories. Selon le sens de ce transfert, la pompe à chaleur peut fonctionner soit comme un radiateur soit comme un réfrigérateur (cycle frigorifique)… La pompe à chaleur est aussi utilisée dans le cadre de la thermique du bâtiment pour la climatisation de celui-ci. Attention, parfois, la pompe à chaleur n’est pas conforme à la RT 2012 car trop consommatrice d’électricité.

RÉNOVATION DU SYSTÈME DE CHAUFFAGE

Pour la rénovation, il n’est pas encore obligatoire d’utiliser une énergie renouvelable. Comme pour le neuf, l’indispensable est l’isolation. Néanmoins, en cas de mauvaise isolation, la pompe à chaleur est déconseillée. De même la PAC doit être raccordée à un plancher chauffant plutôt qu’à un système de radiateurs. Si toutefois, les radiateurs sont déjà en place, il est impératif de les équiper d’un robinet thermostatique précis afin d’optimiser la température obtenue.

2018-10-29T06:46:14+00:00